Rechercher
  • Desouche Parcs & Jardins

Le géranium, star des balcons

Dernière mise à jour : 14 nov. 2021




Quand planter les géraniums de balcon ?

Les pélargoniums ou géraniums de balcon se plantent en jardinières ou en massifs au printemps, quand les températures se sont bien radoucies. Les mois d'avril et mai sont idéaux. Attention toutefois dans les régions à hivers froids, les gelées printanières tardives qui restent traîtres. Attendez alors que soit passé les Saints de Glace (mi-mai), et privilégiez la fin du mois de mai pour planter en extérieur vos géraniums de balcon.



Où planter les géraniums de balcon ?

Qu'ils soient cultivés en pot ou en pleine terre, les géraniums de balcon réclament une exposition chaude et ensoleillée.


A savoir : les géraniums dits de balcon cultivés en pleine terre seront considérés comme des annuelles, à l'inverse des géraniums vivaces qui eux survivent très bien à l'hiver. Cultivés en jardinière pour balcon, les géraniums peuvent survivre à l'hiver s'ils passent cette saison froide dans une pièce non chauffée mais maintenue à une dizaine de degrés.



Comment planter les géraniums de balcon ?

  • Planter en pot

Dans une jardinière à poser sur l'appui de la fenêtre, à accrocher à la balustrade du balcon ou dans un pot à suspendre.

Assurez-vous que le fond du pot soit bien troué pour permettre l'évacuation de l'eau d'arrosage en excès.

Épandez au fond du pot une couche de bille d'argile pour un bon drainage.

Remplissez le pot d'un terreau spécial géranium.

Faites des trous dans le substrat pour chaque plante. Tassez bien et finissez par un arrosage.


  • Planter en pleine terre

Installez-les dans un mélange de terre de jardin, terreau ou compost, et engrais à libération lente. Séparez chaque plante de 30 cm pour lui laisser la place pour s'épanouir.



Comment sublimer votre balcon ?

En pot, les géraniums composent de belles jardinières colorées : n'hésitez pas à marier les différents coloris de floraison. Misez sur les pots à suspendre : les géraniums à port retombant y sont du plus bel effet.


En pleine terre, les pélargoniums composent de jolis massifs, opulents et colorés.



10 Conseils pour profiter de vos géraniums le plus longtemps possible


  • Distinguer géranium et pélargonium

De quoi parlons-nous au juste ? S'il s'agit de ces plantes employées en massif ou dans un contenant, pot ou jardinière, qui fleurissent toute la belle saison, il s'agit bel et bien de pélargoniums appelés habituellement, mais à tort, géraniums. En fait, les vrais géraniums sont des plantes de jardin capables de résister aux gelées et habituellement plantées dans les massifs durables et non saisonniers.


  • Profiter de leur diversité.

Parmi les pélargoniums, vous trouverez de très nombreuses variétés de plantes non rustiques. Aux côtés des espèces appréciées pour leur floraison remarquable, ne négligez pas l'attrait de celles qui proposent un feuillage odorant, capables pour la plupart de repousser les moustiques par leurs exhalaisons d'huiles essentielles. Elles s'avèrent de culture tout aussi facile que leurs cousins à fleurs et d'aucuns proposent en prime une floraison épatante.


  • Distinguer le port des pélargoniums

Concernant les pélargoniums à fleurs il vous faudra choisir entre deux types de ports en fonction des contenants dévolus et de l'effet désiré. Pour une floraison de massif saisonnier, de potée ou jardinière et en quête de plantes aux tiges dressées, choisissez les géraniums dits "zonales". Leurs feuilles rondes et velues sont plus ou moins marquées d'un arc brun.

Si vous optez pour un port plus souple et trainant, voire retombant, portez votre choix sur les pélargoniums dits "lierres" aux feuilles coriaces, lisses et à peine lobées, à l'aspect de plante grasse. Ils feront merveille dans les suspensions ou retombant en cascade des pots ou jardinières, éventuellement comme décor tapissant et saisonnier dans une rocaille.


  • Quand les sortir ?

Procurez-vous des plants que vous installerez à l'extérieur seulement après les risques de gelées passés (début à mi-mai en région parisienne). D'ici là, vous pourrez les maintenir à l'abri ou bien protéger les plantes à l'extérieur grâce à un voile de protection en cas de risque de gel imminent.


  • Quid des jeunes plantes ?

Rempotez les pélargoniums au printemps dans un substrat souple (aéré) et bien drainant, non acide. Enrichissez-le idéalement d'un engrais à libération lente. Employez toujours des contenants propres (désinfectés à l'eau de Javel au besoin) et pourvus de trous de drainage. Ne recyclez pas d'ancien substrat devenu inerte et ne lésinez pas sur la qualité donc le prix du substrat acheté.


  • Supprimer les fleurs fanées.

Même s'il n'est pas obligatoire de soulager les plantes de leurs fleurs fanées, vous obtiendrez un spectacle renouvelé bien plus gratifiant si vous prenez le temps de les chouchouter. Ce faisant, vous observerez vos plantes au plus près et préviendrez plus aisément leurs attentes.


  • Fertiliser pour doper.

Lors du rempotage, peut-être avez-vous employé un substrat enrichi en engrais à libération lente. Dans le cas contraire, apportez une fois tous les trois arrosages une rasade d'engrais soluble, toujours sur une terre pas trop sèche. Cet engrais booste la floraison, elle est plus généreuse et plus longue, les couleurs des fleurs sont aussi plus intenses. Attendez un mois la reprise des plantes pour les doper ainsi en nutriments.

La présence d'un engrais à libération lente ne dispense pas d'apporter un engrais soluble à partir de mi-août-septembre ceci afin d'obtenir des pélargoniums longtemps plantureux et florifères. Employez une formulation d'engrais pour jardinières, pour géraniums ou éventuellement pour tomates.


  • Arroser, mais pas trop !

Les pélargoniums détestent plus que tout les arrosages trop fréquents. De fait, attendez que le substrat sèche en surface avant de les arroser. De même, mieux vaut arroser beaucoup et peu souvent que trop parcimonieusement et fréquemment. Naturellement ces plantes résistent bien à la sécheresse, surtout les variétés de lierre, mais elles seront bien plus florifères et décoratives avec des arrosages réguliers.


  • Bouturer à l'envi.

Il est tentant de multiplier ses plantes favorites afin de les partager alentour, de régénérer les vieilles souches ou bien de s'assurer d'en disposer après l'hiver. En effet, les boutures prennent moins de place à l'abri et passent généralement bien l'hiver. Procédez en fin d'été en prélevant des pousses latérales munies d'un talon (partie de la branche- mère obtenue par arrachage précautionneux) si possible. Placez les boutures déshabillées de leurs feuilles à la base sur le pourtour de pots de terre cuite, dans un mélange "maison" très poreux (1/3 terreau + 1/3 sable + 1/3 tourbe) ou du commerce. Encapuchonnez le tout d'une poche plastique transparente et placez à mi-ombre. L'enracinement rapide permet un rempotage individuel trois semaines plus tard.


  • Comment les conserver en hiver ?

Ces plantes étant sensibles au froid, rentrez les pieds en automne. L'idéal est de les laisser dans leur pot ou jardinière, en les rabattant de 2/3. Placez-les dans un local hors-gel (entre 2 à 10°). Si cela n'est pas possible, sur balcon par exemple, rassemblez pots et jardinières à terre, contre un mur bien exposé, retaillez puis laissez sécher. En prévision des gelées protégez l'ensemble (pots et plantes) d'un voile intissé de protection.

17 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout